Un chantier Renaissance

Publié le 9 mai 2019
Tag(s)
Emploi

Entretenir les broderies d’un jardin Renaissance, appartenant au patrimoine national, voilà bien une tâche prestigieuse pour les salariés en insertion de Plaine de vie. Cela fait plus de 10 ans que le château d’Ecouen, musée national de la Renaissance, confie une partie de ses espaces verts à cette SIAE de l’est du Val-d’Oise. Mais leur fructueuse collaboration a failli s’arrêter pour cause d’optimisation des marchés publics de l’État.

La plateforme régionale des achats de l’État (PFRA), chargée de mutualiser les achats au niveau de la préfecture de région, a interrogé la Macs – mission d’appui pour le développement des clauses sociales – avant de publier un important appel d’offres sur l’entretien des espaces verts. En étudiant le futur accord-cadre dans son volet Val-d’Oise, la Macs et le Grafie ont constaté que, du fait de son ambition, il dépasserait les capacités de réponse de Plaine de vie.

Comme l’explique Joffrey Hacquin, le monsieur achats responsables du Grafie, « après étude et en accord avec la direction du Château d’Ecouen, on a réussi à sortir la prestation de l’accord-cadre prévu par l’État ». Le contrat habituel a donc été reconduit pour 2019, à hauteur de 20 000 euros.

En ce matin frisquet de mai, Palares, Ahmed et les autres s’activent avec débroussailleuses, binettes et tondeuse, pour conserver aux parterres du parc une allure digne de celle du château. Avant d’arriver à Ecouen, comme tous les vendredis, ils ont suivi une heure de formation, assurée par Etienne, qui participe à leur encadrement. Plaine de vie conduit trois ACI, deux en espaces verts, un en maraîchage. « Ici, nous secondons le jardinier du domaine, en assurant le ramassage des déchets au sol, le désherbage, l’entretien des broderies », explique l’encadrant technique.

Mais qui, parmi les salariés en insertion réalisent que les merveilleux sillons tracés dans les pelouses sont un héritage de 500 ans ? Là n’est pas la question. Ce qui compte pour l’équipe de l’association valdoisienne, c’est de redonner le goût du travail salarié à tous ceux qu’elle accueille, que ce soit grâce aux pelouses Renaissance ou grâce aux paniers de légumes biologiques.