Type de publication
Bonnes pratiques/témoignages

RATP : un acheteur important et responsable

2,4 milliards d’euros d’achats… Ce volume fait de la RATP un acteur à fort potentiel pour acheter « responsable ». L’entreprise publique est d’ailleurs la première à avoir encadré sa politique en la matière dans un schéma de promotion des achats responsables, publié en juin 2016, l’engageant jusqu’en 2019. Voir ici. Une personne a été recrutée à cet effet au service achats responsables, lui-même intégré au département achats.

La régie actionne les deux leviers à disposition des donneurs d’ordre : achats directs auprès des SIAE et clauses d’insertion.

L’entreprise ne s’est pas donné d’objectifs quantitatifs sur les heures « clausées ». Elles sont en augmentation : 291 000 heures en 2015, 360 000 en 2016, dont 6 % réalisées via des achats directs (marchés, conventions, devis…).

On peut évaluer à 224 ETP - équivalent temps plein - la traduction en postes, dont 14 générés par des achats directs. Ceux-ci ont été réalisés auprès de 10 SIAE en 2016.

L’intention de la RATP est d’augmenter le nombre d’heures par achats directs, au même titre qu’avec le secteur du handicap. C’est dans le cadre de ces objectifs d’augmentation de recours direct à l’IAE que la RATP se tourne vers le Grafie pour effectuer une partie de son « sourcing » auprès des SIAE.

Rappelons que le code des marchés publics impose une politique d’achats socialement responsables au bénéfice tant des personnes éloignées de l’emploi accompagnées par des SIAE que des travailleurs handicapés. Toutes les entreprises de l’ESS sont par ailleurs concernées par cette politique publique d’achats responsables.

En termes de seuils, la RATP s’engage à étudier la faisabilité d’inscrire des clauses pour tout marché supérieur à 2 millions d’euros, représentant environ 1500 heures.  

S’assurer de l’efficacité des achats responsables

Mais, au-delà des objectifs quantitatifs, c’est une démarche qualitative et de suivi qui caractérise l’engagement de la RATP. L’entreprise veut s’assurer de l’efficacité de ses actions. Un travail approfondi est mené avec le réseau des facilitateurs des collectivités locales et des réseaux comme le Grafie, Inser éco, etc. Un logiciel de suivi permet de connaître le nombre d’heures de formation accordées, le nombre de logements obtenus et au final, le nombre de CDI généré par les achats socialement responsables.

Autre préoccupation de la RATP : les étendre à d’autres marchés que ceux des travaux publics et du nettoyage, à d’autres chantiers que ceux des prolongements de lignes de métro. Archivage, accueil, prestations intellectuelles sont visés. Pour opérer cette diversification, la RATP s’appuie sur le Grafie.

On le voit, la politique RSE impulsée depuis plus de 10 ans par les dirigeants, se déploie dans de multiples directions.