Type de publication
Bonnes pratiques/témoignages

Paris en pointe sur les achats responsables

Adopté en février 2016, le schéma des achats responsables de la ville de Paris peut être cité en exemple. Pour construire « une ville solidaire », la maire de Paris et son adjointe chargée de l’ESS ont piloté un travail considérable de recensement de méthodes et leviers.

Un double objectif quantitatif a été fixé d’ici 2020 : 20 % de marchés clausés (soit 1 million d’heures) et 100 marchés réservés par an. Ces chiffres doublent tout simplement les résultats 2014, année du diagnostic préalable, remarque Jérémie Suissa, chargé de mission auprès d’Antoinette Guhl, adjointe à la maire de Paris, chargée de l’ESS, de l’économie circulaire et de l’innovation sociale.

La direction de l’attractivité et de l’emploi est à la manœuvre sur ces sujets, en particulier Stéphany Brial-Cottineau, chef du bureau IAE. « On met en œuvre tout ce qui est en notre pouvoir pour outiller les services acheteurs ». Il s’agit de les inciter à calibrer correctement leurs marchés. Par ailleurs, 10 facilitateurs sont mobilisés à l’Epec, Ensemble Paris emploi compétences, fusion du Plie et de la Maison de l’emploi.

 

Anticiper tous azimuts

L’anticipation est convoquée sur la scène des marchés publics : il faut avoir l’œil sur toutes les programmations. La commission d’anticipation des achats associe les élus aux administratifs venus présenter leurs projets.

Quant aux SIAE, l’administration parisienne a des attentes vis-à-vis d’elles. Leurs réseaux doivent être en appui pour les accompagner dans les réponses aux appels d’offres. La ville suggère aussi qu’elles se rapprochent des entreprises classiques pour construire des réponses partagées.

Il est encore trop tôt pour tirer un premier bilan du schéma, relève Jérémie Suissa. En effet, les premières années de mandature sont davantage consacrées à l’élaboration des projets. Gageons que cette politique extrêmement volontariste portera ses fruits dans les années à venir.