Crédit photo : PierreYvesBruneaupicturetank
Type de publication
Bonnes pratiques/témoignages

La Région s’engage pour développer ses achats socialement responsables en direction de l’IAE

En 2017, le conseil régional a affiché un objectif minimum de 170 000 heures d’insertion, avec la volonté de faire accéder les SIAE à la commande publique.

À la direction de la commande publique de la région, on mène un travail de dentelle pour augmenter ce volume. La démarche est à 360°. Le travail de la directrice, Maire-Noëlle Desailly, et de son chargé de mission achats responsables, Stéphane Marciniak, s’exerce dans deux directions : en interne, auprès des services acheteurs de la région, en externe, auprès des structures d’insertion par l’activité économique.

En interne, il s’agit de convaincre les services d’inscrire des clauses d’insertion et de passer des marchés réservés pour l’IAE, une procédure encore récente. « On travaille d’abord sur les marchés de maintenance, sur lesquels on peut faire un allotissement fin, à l’échelle d’un territoire donné », explique S. Marciniak. « Sur les grosses opérations de rénovation, c’est plus difficile », reconnaît-il.

En effet, il est nécessaire de balayer attentivement tous les projets de commande des services pour sortir des petits lots à l’intérieur des grosses opérations. Par exemple, pour la construction d’un bâtiment d’enseignement supérieur, à Aubervilliers, la prestation de plantation va être isolée et mise en marché réservé.

Mieux connaître les SIAE En externe, côté SIAE, la région effectue un travail de « sourcing », notamment avec le Grafie, en amont des marchés. Il s’agit de prendre en compte les aspects sociaux et la capacité de réponse des SIAE pour pouvoir passer des marchés réservés. En dehors même de faire coïncider les appels d’offres à leurs compétences, il faut aussi regarder leur implantation sur le territoire francilien.

Grâce à une connaissance plus approfondie des SIAE, il devient possible d’investiguer des secteurs jusque-là non concernés par les achats responsables. C’est le cas de la formation professionnelle. Il semblerait que l’Île-de-France soit la 1ère région à inciter ses prestataires de formation professionnelle à recruter, par le biais des clauses d’insertion, des salariés pour des missions de comptabilités, secrétariat, entretien ou autre.

On le voit, les marges de progression sont grandes, à condition, cependant, qu’acheteurs et fournisseurs mènent un travail de concert, pour trouver les bonnes correspondances.