GROUPE VALOPHIS : UN BAILLEUR SOCIAL ENGAGÉ
Type de publication
Bonnes pratiques/témoignages

Groupe Valophis : un bailleur social engagé

Avec son parc de plus de 40 000 logements dans toute l’Île-de-France, le groupe Valophis est un partenaire important des politiques urbaines et sociales sur les territoires. La direction des politiques sociales, de la qualité et des attributions « travaille beaucoup avec les structures d’insertion par l’activité économique », commente Jamila Benbouya. La chargée de développement social urbain fait l’interface avec les autres directions impliquées dans la passation des achats.

Plusieurs leviers sont utilisés. Le partenariat avec l’IAE passe notamment  par des marchés spécifiques ou une mobilisation sur des opérations ciblées. Fresnes service, association intermédiaire (AI) fait partie des opérateurs retenus. L’accent a été mis sur la médiation, justifiant le financement par une subvention à celle qui est une des plus anciennes AI du Val-de-Marne.

Avec HEP, entreprise d’insertion de Choisy-le-Roi, le marché pluriannuel d’entretien de trois ans est régulièrement reconduit.

C’est aussi en faisant des allotissements que des marchés peuvent être accessibles aux structures d’insertions par l’activité économique (SIAE). Madame Benbouya relève que le recours à une SIAE oblige à bien expliquer ce choix aux amicales de locataires, qui pourraient être tentées de ne regarder que l’impact éventuel sur les charges locatives...

Forte de son expérience et des réussites, celle-ci déplore que les SIAE ne soient pas plus nombreuses à répondre aux appels d’offres : la marge de progression est sans doute là.

 

Faire avec le code des marchés

Pourtant convaincue par les démarches d’insertion, la direction de la maintenance et de l’exploitation de Valophis avoue ses difficultés pour s’y engager. Le code des marchés représente un frein, selon Jean-Yves Porsmoguer, chef de service. Il faut donc jongler avec les règles.

La contractualisation avec une SIAE passe par trois étapes : trouver la structure adéquate, définir ce qui peut lui être confié, monter un partenariat avec l’amicale de locataires concernée. C’est un investissement en temps…

Quant aux clauses d’insertion dans les marchés de rénovation Anru, par exemple, ce responsable émet quelques réserves : « il y a une vraie nécessité d’encadrement et ce n’est pas toujours le cas… ».

À des échelles plus modestes, des prestataires insertion sont sollicités, au fil de besoins ponctuels. Il peut s’agir du portage des courses des locataires, lorsqu’un ascenseur tombe en panne. A raison de 2h par jour durant un mois, c’est typiquement le service qu’une régie de quartier est en mesure d’assurer.

Pour finir, monsieur Porsmoguer met l’accent sur le rôle de la collectivité locale, investie sur un territoire, et donc prête à soutenir un travail d’insertion local.