Type de publication
Bonnes pratiques/témoignages

Une dynamique d’acteurs bien engagée sur les travaux du Grand Paris dans le Val-de-Marne

5 % de personnes en insertion Acteur central au sein du projet du Grand Paris Express, la Société du Grand Paris impose aux entreprises du BTP, dans le cadre d’une charte régionale signée avec la Préfet de région Ile-de-France et les autres grands donneurs d’ordres, de réserver 5 % des heures de travail à des personnes en insertion. C’est le cas sur la ligne 15 sud, première ligne de ce grand réseau métropolitain à être construite. Guillaume Vétillard, chargé de développement au réseau IAE 94, collabore avec le département et les autres collectivités locales, chevilles ouvrières de la mise en œuvre des clauses d’insertion. Les établissements publics territoriaux (EPT) concernés contractualise avec un soutien financier, pour une durée de cinq ans, afin favoriser la connexion entre les mandataires des marchés et les acteurs de l’emploi et de l’insertion (dont les SIAE). Dans le Val-de-Marne, trois EPT sont impliqués : l’EPT10, Paris Est Marne et Bois, l’EPT 11, Grand Paris Sud Est Avenir et l’EPT 12, Grand Orly Seine Bièvre.

 

Allotir ou réserver Dans le cadre des marchés lancés par la SGP, la SNCF et la RATP, les montants des marchés obtenus par les majors du BTP que sont Eiffage, Bouygues, Alliance se chiffrent à plusieurs centaines de millions. Il s’agit de creuser des tunnels et de construire de nouvelles gares. L’inter-réseau départemental IAE « RIAE 94 » cherche à ce que les donneurs d’ordre et ces grandes entreprises adaptent leurs marchés et les prestations déléguées à leurs sous-traitants pour permettre aux SIAE d’y être associées. « Sur les tunnels, il faut réfléchir à des allotissements », commente G. Vétillard. Si aucune des SIAE du Val-de-Marne ne peut bien entendu se positionner sur le forage des cavités, elles peuvent proposer une conciergerie d’entreprise, le nettoyage des bases de vie, par exemple, ou autres services annexes liés à la vie des salariés sur les chantiers. De même, sur les gares « on doit sortir des lots de peinture, d’espaces verts », c’est-à-dire là où les SIAE ont des compétences, ajoute ce responsable.

Culturellement, les sociétés de BTP ont le réflexe de s’adresser à des entreprises de travail temporaire (ETT). Pour réaliser les clauses d’insertion, elles ont donc tendance à passer directement par ces dernières. Les ETT font souvent appel à des personnes plus proches de l’emploi. La logique de parcours d’insertion et d’accompagnement sur la durée n’est pas leur priorité principale.

En coordination avec l’ensemble des acteurs institutionnels impliqués, organismes consulaires, EPT, conseil départemental, le RIAE pousse ses pions et ses SIAE, dans le souci d’un impact local durable en termes d’insertion professionnelle. L’enjeu est de faire profiter tous les Valdemarnais, même les plus en difficulté, des emplois générés par la réalisation du Grand Paris express.